Ces jours où ça ne vas pas ….

Il y a des jours où rien ne va. Je sais. Je le dis souvent pour encourager d’autres personnes quand tout va mal.

Ma journée avait pourtant bien démarré. Je m’étais couchée tôt la veille, et donc motivée à me lever dès 6h30 pour faire un footing. Hum… quelle sensation agréable après cette séance de sport matinale ! Quelle fierté ! C’est souvent difficile de se motiver à faire du sport le matin mais quand on en revient on ne le regrette jamais, au contraire. Lorsque je repense à ce qui va suivre j’essaie de me remémorer cette sensation matinale qui me semble déjà bien lointaine. Et ce petit-déjeuner avec des fruits exotiques …mangue et ananas ! Hum ! Tout s’annonçait vraiment bien today.

Sortie de chez moi à 8h45 j’avais pris soin de laisser un paquet très important devant la porte d’entrée pour ne pas l’oublier. Ce paquet était super important, je l’avais préparé la veille, j’avais même quitté le boulot plus tôt (18h 🙂 pour faire des courses et le compléter. Bref : je n’oublie pas le paquet en sortant de chez moi, je le tiens dans le train, puis je prends la correspondance ligne 6 du métro, et là…..idée super géniale style FBI… : vu que personne n’est assis en face de moi, au lieu de laisser le paquet entre mes pieds je décide de le déposer sur le siège d’en face. Ah ! ERROR ! Me voilà donc prise par mes pensées… je pensais au boulot en plus ! Pfff !  Et hop la station Quai de la Gare ! Faut que je descende ! Et hop ! Je descends. Je prends les escaliers. Je sors de la gare. J’attends le feu vert. Je traverse la route. Je marche sur le quai d’Austerlitz. Et BAM ! Oh je me trouve bien légère. Pourquoi mes mains sont vides. Oh non ! J’ai oublié mon précieux paquet dans le métro. Non ! Je n’en reviens pas. Non ! Ca ne m’est jamais arrivé ! Non ! Je rebrousse chemin. Je cours vers l’accueil. Personne. J’attends. L’hôtesse arrive. Je lui explique mon problème. Elle appelle la station du terminus Nation, car le métro devait déjà y être passé. Ils n’ont rien vu. Elle appelle un autre centre RATP. Rien. Elle enregistre ma déclaration d’oubli. Elle prend mes coordonnées et me dit que je serai recontactée s’ils trouvent quelque chose. Je n’en reviens toujours pas. Je retourne au boulot. C’est vide aujourd’hui, mes collègues sont en séminaire. Je regarde sur internet, « objets trouvés RATP ». Je tombe sur un site avec des annonces apparemment mises à jour. Il y en a qui datent d’aujourd’hui. Je cherche la mienne. Rien.

Je n’arrive pas à me concentrer. Je reçois un mail pas commode d’un audité difficile, copie la terre entière. Je l’ignore. Je m’isole dans une salle. J’essaie d’appeler la RATP. Pas joignable. Je retourne au métro. Je revois l’hôtesse d’accueil. Toujours rien. Je me dis « j’ai pas confiance aux gens de la RATP. Je vais me débrouiller moi-même pour retrouver mon paquet. Je vais entrer dans tous les métros de la ligne 6. Combien y en a-t-il ? un métro toutes les 2 minutes…et plus de 25 stations sur la ligne… Aïe ! ça peut faire beaucoup… » Je me décourage. Je vais quand même au terminus de Nation. Je leur raconte mon oubli. Ils contactent l’autre accueil de la station. Ils regardent sur leur réseau. Toujours rien. Je rentre au boulot bredouille. Je n’en reviens toujours pas. Je suis persuadée que quelqu’un m’appellera pour me dire que mon paquet a été retrouvé. Rien. Pas d’appel jusqu’à présent. Je suis démotivée.

Il y a des journées comme ça. Ecrire ça me fait du bien. Mon action fructueuse de la journée.

 

Advertisements

2 comments

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s